Personal tools
You are here: Home Bibliographien II. Tiere in Tierallegorese und Tierkunde 1. Tierallegorese Andere Animali simbolici. Alle origine del bestiario cristiano
Document Actions

Maria P Ciccarese (2002)

Animali simbolici. Alle origine del bestiario cristiano

Bologna, EDB Edizioni Dehoniane Bologna, Centro editoriale Dehoniano, vol. I. (Agnello - Gufo). Biblioteca Patristica. (ISBN: 88-10-52048-9). 39.

Ayant reçu à la rédaction il y a quelque temps déjà ce livre, qui est la première partie d’un guide alphabétique à travers la symbolique chrétienne des animaux, nous en attendions la seconde partie, pour les espèces classées de H à Z. A défaut de la voir parvenir à son tour, force nous est de recenser ce seul tome. Quelques ouvrages de ce type ont paru ces dernières années, mais ils ne nous ont jamais paru réellement satisfaisants (voir BC 1991, n° 741 pour les « Fabeltiere » de H. Schöpf ; BC 1993 n° 257 pour le « Dictionnaire symbolique des animaux » de P. Miquel ; BC 2001 n° 84 pour « L’oiseau et sa symbolique » de M.M. Davy ; BC 2004 n° 104 pour le « Bestiaire médiéval. Dictionnaire historique et bibliographique » de G. Duchet-Suchaux et M. Pastoureau).

Abordant le livre de M.P. Ciccarese, on constate d’emblée que le parti est assez différent : plus qu’une suite de notices synthétiques sur les animaux, c’est une anthologie de textes, qui offre pour chaque animal un petit dossier adroitement construit : 1. une introduction de 3 à 5 pages évoquant le profil culturel de l’animal, en utilisant les sources antiques et bibliques où il est évoqué ; 2. une sélection de textes patristiques grecs et latins édités et traduits en vis-à-vis ; 3. des notes se rapportant à l’introduction et aux textes, donnant d’abondants commentaires explicatifs. Les animaux sont ainsi présentés en 15 à 30 pages, et l’on dispose d’utiles documents pour bien en saisir l’image. Une sélection a présidé à la rédaction du livre : ce premier tome, qui couvre la moitié de l’alphabet, concerne 21 animaux (« agnello, airone, ape, aquila, ariete, asino/onagro, avvoltoio, balena/cetaceo, bue, cammello, cane, capro/capra, cavallo, cervo, colomba, corvo, drago, formica, formicaleone, gallo/gallina, gufo/civetta »). Le tout concernera donc une bonne quarantaine d’animaux, ce qui est loin de couvrir la totalité du bestiaire symbolique chrétien. C’est que le propos de l’a., expliqué dans l’introduction, est de se limiter aux espèces les plus importantes : on trouve par ex. le héron, mais non la cigogne ni la grue. Il faut préciser que le livre concerne les premiers siècles de la tradition chrétienne, et que la sélection des textes couvre les écrits patristiques en s’arrêtant avant le haut Moyen Age. On trouve encore Grégoire le Grand, mais non plus Isidore de Séville parmi les auteurs traduits. Le Physiologus y occupe une place régulière, mais sans que son importance soit décisive : certains animaux largement présents dans la tradition textuelle issue de ce texte ne sont pas repris, tels l’antilope, le caladrius et le castor ou, de façon surprenante, l’éléphant. Les extraits sélectionnés sont empruntés aux grandes éditions de référence (Corpus Christianorum, etc.). Du point de vue du BC, signalons qu’une miniature a été reproduite en couverture : elle est empruntée à un bestiaire du XIIIe s. (Oxford, Bodl. Libr., Bodley 764) et montre l’aigle qui vole vers le soleil puis qui plonge en mer pour capturer un poisson. Si le thème est adapté au livre, le choix de l’œuvre est discutable : pourquoi avoir mis en exergue un ms. qui sort entièrement de la période considérée, et non un des nombreux motifs animaliers de l’art paléochrétien ?

Le livre s’ouvre par une brève introduction (p. 9-14), puis un premier chapitre, réservé aux principes généraux du bestiaire chrétien, offre un dossier de textes fondateurs pour la symbolique chrétienne des animaux (on y trouve de façon très opportune la section des Formulae spiritalis intelligentiaie d’Eucher de Lyon dédiée au monde animal). Suivent les 21 dossiers énumérés ci-dessus (p. 61-458). Une trop brève bibliographie générale (p. 463-466) précède deux index qui, pour leur part, sont fort développés : index des auteurs antiques, index des citations et allusions bibliques (p. 467-504). Cette publication rendra assurément de grands services à qui veut saisir les racines du bestiaire médiéval, et il faut particulièrement saluer le fait qu’il offre un excellent accès aux textes, dotés de tout l’apparat nécessaires à leur bonne intelligence.                                                                         

 

Baudouin Van den Abeele

by Bibuser last modified 2008-04-26 18:30
« December 2021 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: